Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/06/2018

Expo au Parc de la Préhistoire de Tarascon-Ariège

Présentée pour la première fois à l’été 2009 lors de l’inauguration de l’extension du Parc de la Préhistoire de Tarascon/Ariège, cette exposition unique en France et en Europe tente de percer le mystère des origines de l’art.

Si son concept et sa thématique restent inchangés, de nouveaux objets de l’art mobilier viennent l’enrichir régulièrement.

Ainsi cet homme-lion en ivoire de mammouth découvert à Hohlenstein-Stadel en Allemagne, contemporain de la grotte de Chauvet : présenté dans la 1ère salle sur l’éveil de l’art, il témoigne du savoir-faire et de la créativité de l’homo-sapiens il y a 30 000 ans.

grotte.JPGA cette époque un pas décisif est franchi vers le figuratif, l’animalier, le représentatif… ces œuvres atteignent d’emblée une virtuosité accomplie.

Cette exposition n’a pas l’ambition de répondre à ces questions très arrêtées sur l’origine de l’art mais plus modestement, elle tente de nourrir la réflexion du visiteur, de lui apporter des clés pour construire sa réflexion.

«Il y a 20 ans on pensait encore que l’art préhistorique avait évolué et on se prêtait volontiers à des datations stylistiques de l’art préhistorique, explique le responsable de la Médiation du site.

En 1994 la découverte de la grotte Chauvet, une des plus belles grottes que l’on connaisse et aussi la plus ancienne, a remis tout en cause […] l’homme-lion de Hohlenstein-Stadel est intéressant car ce sont les mêmes thèmes et la même qualité stylistique qu’à la grotte de Chauvet»

Que ce soit la pierre vulvaire de l’Aurignacien (la plus ancienne représentation féminine) ou ce bison délicatement sculpté dans un os de cétacé, l’imaginaire invite au voyage…

«Le problème avec la Préhistoire c’est que c’est de l’archéologie, la science de l’objet, on n’a rien sur ce qui est immatériel, la façon de penser de ces hommes.

Pourtant, la mise au jour de ces têtes de chevaux au nord de la chaîne des Pyrénées jusqu’aux Asturies, permet de dégager un ensemble culturel cohérent qui incite à penser qu’il y a des similitudes entre ces hommes
» explique t-il, en poursuivant ce voyage dans le temps et l’espace:

Protomé de cheval ou propulseur en bois de renne («le faon aux oiseaux») venant du Mas d’Azil, motif de renne sur un morceau de grès (grotte de Labouiche), décidément l’art mobilier semble plus travaillé, plus varié, plus précis aussi que l’art pariétal.

Un important travail de recherche a permis aux scientifiques de restituer l’exécution en images du panneau des chevaux de la grotte de Chauvet, la reproduction du grand panneau de la grotte de Marsoulas, de présenter un mammouth de 4,50m de haut (le plus complet d’Europe) retrouvé au siècle dernier non loin de Foix.

La présentation de toutes ces merveilles de la Préhistoire, sans oublier la rigueur scientifique des spécialistes qui sont intervenus, nous amène sur les traces de nos ancêtres à nous interroger: l’art des origines est-il à l’origine de l’Art? La question reste entière.